tableau-la-charite-de-saint-martin-follainville-dennemont

Bien souvent les familles me remercient pour ma gentillesse et mon dévouement envers leur parent. 

 « Dévouement ». Quel étrange mot pour définir ce que je vis. "Fait de s'investir pleinement dans une action, souvent au profit des autres", "Synonyme : sacrifice" 

Il n’y a ni sacrifice, ni allocentrisme, ni charité.

Un sourire, une parole, un regard ou un contact, tout ce que je donne, je l’ai simplement reçu auparavant.

 

Je ne suis pas un puits sans fond. Les résidents m’apportent en réalité, bien plus que je ne peux leur donner.

Leur faire plaisir, les aider, les « sauver » quelque fois d’un problème qui leur semble insurmontables, les écouter, les conseiller, leur porter de l’attention, de la tendresse, … je le fais en partie pour eux, mais surtout pour moi.

image_10

Les voir un peu plus heureux, un peu plus apaisé, rassuré, détendu, souriant, … ça me fait du bien ! A moi !

Comment expliquer à quel point, dans le monde de souffrance, de douleur, d’isolement, de solitude et d’angoisse qu’est la vieillesse, comment expliquer à quel point le plus petite attention qu’on puisse porter a une importance essentielle, fondamentale et capitale pour chacun de mes résidents.  Comment expliquer que tout est essentiel, que tout est « vital ». Juste répondre à une question, juste le fait d’y avoir prêté attention donne de l’importance au résident, fait qu’il existe pour nous, que nous le voyons. Pour eux, c’est primordial. Et pour moi, ça le devient !

Ma journée est parsemée de petits moments de bonheur et de tendresse. De quelques secondes toutes simples où le cœur se réchauffe et se rempli de joie d’avoir simplement éclairé quelques instants le regard ou le visage d’un Autre.

Ce n’est pas du « Dévouement ».

 

Tableau La Charité de saint Martin - Albert Laurens

Statue "Saint Jean de Dieu" vénérée à l'Hopital Saint-Jean-de-Dieu de Barcelone